© La Compagnie du Semeur. Créé par Margot Mathelin

Ce qui se dit dans la presse…

 

Fly me to the moon

TELERAMA / Spectacles  TT

On aime beaucoup

Maggy, fan des Beatles, vit à Londres. Petite fille énergique, elle apprend qu'elle est atteinte de la maladie des enfants de la lune et qu'elle doit vivre dorénavant enfermée. Jack vit à Houston, au Texas, près de la Nasa, et rêve d'être astronaute. Passionné de sciences, il subit la discrimination raciale en raison de son métissage. Rejetés parce que différents, les deux enfants, que rien ne devait réunir, se lient d'amitié à la suite d'une erreur de numéro de téléphone… Entre confidences et souffrances, deux comédiens interprètent avec justesse et sensibilité cette histoire où le lien naît par la parole, l'échange s'effectuant sur une scène scindée en deux espaces, deux univers. Le spectacle offre aussi une plongée dans l'histoire des années 68-69, illustrée par des images vidéo (notamment d'archives). L'Homme va bientôt marcher sur la Lune et deux enfants avancent sur le chemin de leur liberté.

Françoise Sabatier-Morel (F.S.-M.)

U a disparu 

"L’être des lettres

 

Quand les enfants découvrent le langage, ils n’en mesurent certes pas encore toutes les richesses. Ont-ils seulement conscience de l’importance des voyelles dans la construction des mots qu’ils emploient quotidiennement ? C’est précisément ce que leur permet d’appréhender U a disparu, une pièce qui jongle à merveille avec la pédagogie et la fantaisie. Un spectacle original et abouti qui permet aux enfants, y compris les plus petits, de considérer les voyelles comme de véritables amies.

La nuit, dans la chambre d’un petit garçon endormi, les voyelles baillent et s’assoupissent dans son cahier d’écolier. Elles sont toutes là, du A au Y, en passant par le E, le I, le O et le... U ?... Où est U ? Bon sang, il a disparu ! C’est le point de départ du spectacle. La recherche de U est le prétexte aux facéties et péripéties de ces voyelles qui, non contentes d’avoir fait le grand saut hors des pages du cahier, vont se trémousser, se chamailler, se réconcilier et s’amuser, pour le plus grand bonheur des enfants. Passée la surprise de voir ces lettres vivre et parler, le public découvre, médusé, la singulière personnalité de chaque voyelle. Un A aventurier et plein d’allure ; un E énervé, voire énervant ; un I forcément droit (comme un I), dont les idées fusent ; un O tout en rondeurs, "obèse" selon lui, et enfin ce petit Y, qu’on a envie de cajoler tant on le sent fragile et complexé.

Les comédiens font mieux que donner chair et vie à ces voyelles, ils les rendent attachantes, complexes, vulnérables, en un mot : humaines. Il faut saluer la performance de ces interprètes, débordant d’énergie, qui offrent un jeu tout en contrastes, se fondant dans un caractère bien trempé tout en donnant libre cours à une interprétation débridée. Non seulement ils réussissent à se mouvoir avec une étonnante aisance dans des costumes aux formes insolites (à l’image des voyelles : rondes, carrés ou pointues, selon les lettres) mais ils parviennent aussi à soutenir un rythme incroyable, tout au long du spectacle, allant jusqu’à sauter, tournoyer, tomber et se relever...

Une écriture originale et intelligente

La qualité de ce spectacle repose également sur l’écriture, originale et intelligente qui, en faisant la part belle à la pédagogie (les enfants apprennent la composition des mots, l’importance des lettres, le sens de l’écrit, de la prononciation, etc.), raconte une véritable histoire où les sentiments (la peur, l’amitié, le courage) ont toute leur place. Sans oublier l’humour... Les enfants rient de bon coeur aux facéties de ces voyelles qui chahutent et se lancent des noms d’oiseaux qui soulignent chaque fois le son de ces sacrées voyelles. A la fin du spectacle, toutes les lettres/personnages vont à la rencontre des jeunes spectateurs qui se pressent autour d’elles pour les observer, leur parler, les toucher, les questionner... Il paraît évident que ces enfants ne verront plus de la même manière les voyelles dans leur cahier d’écolier. Ce qui n’est pas une moindre réussite."

WEBTHEA.com (Najette Maatougui)

 

« Quel chahut, mais d’où vient cette cacophonie ? Mais, ben voyons…

Un cahier qui s’anime, des lettres qui parlent. Léo dort à points fermés, mais nous, nous ne rêvons pas. Au milieu de la chambre du petit garçon, sur les lignes d’une feuille, les voyelles s’inquiètent. A, E, I, O et Y se demandent où est passé U. Quelle idée lui a pris de disparaître et de laisser ses copains en plan ?

Commence une chasse à l’ « U » dans une ambiance bon enfant. Une comédie originale et créative sur le thème du langage et une façon amusante d’aborder le sujet souvent fragile de l’apprentissage. Dans ce spectacle au décor insolite, la compagnie du Semeur offre une histoire amusante et entraînante pour les petits dès 3 ans. »

PARISCOPE. (Caroline Munsch)

 

« Cinq comédiens costumés en voyelles partent à la recherche de la sixième : U. On découvre les rodomontades de A le fier à bras, les plaintes de O qui se trouve trop gros, de I qui n’aime pas son point sur la tête, de E le nerveux et de Y le petit dernier. On devrait retrouver U facilement « puisqu’on ne peut pas courir avec les jambes en l’air ». Mais il faudra une enquête minutieuse. Un très joli texte pour une joyeuse pochade sur le thème de l’alphabet. »

TELERAMA (Henriette Bichonnier)

 

« Sur scène, dans un grand cahier, des personnages figurant les voyelles discutent, quand, tout à coup, ils découvrent que le U n’est pas là ! Où est-il ? La confusion règne, les voyelles décident de partir à sa recherche en sautant toutes hors du cahier !

Un spectacle plein de scènes comiques, de cavalcade, de rires et de musique. A ne pas rater. »

FAMILI (Charlie Guerrier)

 

« Un bon moyen de réviser sa grammaire de base ! Les 6 voyelles sont dans le cahier de Léo. Elles attendent que le petit garçon se réveille, après une bonne nuit de sommeil, pou aller dans le cartable, direction l’école. Oui mais, voilà, U manque à l’appel ! Commence alors la quête des voyelles qui, malgré leurs désaccords, vont unir leurs forces pour chercher U.

Bonne ambiance garantie ! »

LAMUSE.FR / BUBBLE (Isabelle d’Erceville)

 

« Ce spectacle ludique, interactif et original, aborde, de façon inédite, le thème du langage. Les voyelles parlent et bougent au fil d’une histoire amusante entre placard et coffre à jouets. » FIGAROSCOPE (Dominique Duthuit)